mardi 15 décembre 2015

Parmentier de canard tuile parmesan

voici une petite idée pour votre menu de Noël.
c'était le second plat de mon dernier Noël, après le sandre terre et mer. Un parmentier de canard confit, oignons caramélisés et tuile de parmesan.
Accompagné de la petite salade au vinaigre à l'huile de sésame, graines de sésame noir, de Maille.

Pour le préparer, je me suis facilité la tâche en achetant des cuisses de canard confites en conserve. Ensuite, j'ai tout détaillé, enlevé la peau, les os et veines, émietté.
J'ai confit les oignons. Pour cela, j'ai coupé les oignons finement, je les ai fait dorer sur la poele avec de l'huile et du beurre, je les ai arrosés de vinaigre balsamique et assaisonnés de miel (tilleul pour moi). Après 25min de cuisson (à couvert en majeure partie), mes oignons étaient prêts.
J'ai préparé une purée de pommes de terre maison, j'ai écrasé les patates avec de la crème fraîche, du lait et de la graisse de canard. Il faut que votre purée soit assez légère d'aspect, pas trop lourde ni tassée. J'ai superposé les couches dans un plat à gratin, oignons, canard et purée. J'ai fait gratiner. J'ai préparé les tuiles de parmesan, pour cela, rien de plus simple, on râpe le fromage, on l'étale sur la feuille de cuisson et au four pour 5 minutes à 210°. Je concasse ensuite les tuiles à la taille souhaitée.
J'ai découpé mon parmentier à l'emporte pièce rond, placé dans l'assiette, décoré de tuiles et de la petite salade.
A en croire le retour de table, c'était bon, car les assiettes étaient vides.
j'espère que cela vous inspirera pour vos réveillons!


samedi 28 novembre 2015

Tiens-toi droite ou l'histoire d'une erreur de scénario :) / jedna wielka pomylka

Alors là, avec du recul, je me dis que ce film, c'est une erreur de scénario, même pas de casting car c'est justement lui qui m'avais motivée pour aller voir le dernier film de Katia Lewkowicz. Mais alors! Quel film! Mais quel ratage! Mais quel galimatias! Je sais pas, ils ont tourné vite fait, ils n'avaient pas de temps, ils étaient pressés, peu de moyens. Je manque d'excuses pour ce n'importe quoi qu'est "Tiens-toi droite". Et encore, après coup, j'ai fini par me dire que c'était effectivement ainsi que la réalisatrice imaginait son dernier film.

On est allées voir "Tiens-toi droite" pleines d'enthousiasme, ravies de voir Laura Smet, Marina Foïs, Noémie Lvovsky réunies dans une superbe (sans aucun doute!!) réa de Katia Lewkowicz. Plus on avançait dans le film, plus on était déboussolées. Rien ne s'y tient. Ca n'a ni queue ni tête. Aucun lien, aucun rapport, on dirait que lors du tournage, chaque scène était tournée par une autre personne pour au bout du compte, être réunies, accollées comme ça venait, sans se soucier d'ordre ou raison.
J'essaie encore de comprendre le sens du titre par rapport au film et franchement, il va falloir que j'aille chercher sur le net celui qui m'explique cela clairement.
Un beau foutoir c'est tout à fait comme ça que je définirais ce film. Et lorsqu'il était terminé, et bien j'en aurais bien redemandé car pour moi, c'était pas fini! Je dirais plutôt qu'ils ont arrêté le tournage, faute de moyens ou d'inspiration.
Au final, après la séance, on s'est payé un bon moment de rigolade tellement le film est nul et tellement on était désenchantées.
Ca ne m'arrive pas souvent de voir les films vraiment nuls (tout est subjectif bien sûr). Je vais réfléchir pour en trouver un qui soit digne de celui-ci. Et attendant,

 ma note 1/10, et encore, le point c'est pour le moment de rigolade qu'on a eu après.


_______________________

film nie wyszedl chyba na polskich ekranach ale prawde mowiac nic nie tracicie bo to do niczego niepodobny film z swietna obsada. To zreszta obsada zmotywowala mnie by pojsc obejrzec najnowszy film Katii Lewkowicz. To jednak jedna wielka pomylka, ponoc rezyser tak wlasnie wyobrazila sobie te komedie ale jak dla mnie to wrecz odwrotnie, brak inspiracji, wena tworcza poszla spac a oni nakrecili flm zbierajac w kupe wszystkie nakrecone sceny, ie przejmujac sie czy sie to trzyma kupy czy nie.
Tak, wedlug mnie opisac mozna najnowszy film o nic nie znaczacym tytule "Trzymaj sie prosto"

moja ocena 1/10
a ten punkcik to za polgodzinna partie smiechu jaka sobie zaserwowalysmy z psiapsiola po wyjsciu z kina, tak nam bylo glupio, ze udalo sie nam wysiedziec do konca filmu ;)

mercredi 11 novembre 2015

le FILS DE SAUL Grand Prix de Cannes, plus que mérité


oui, oui, je sais, encore des jours d'absence mais je corrige mes fautes et j'arrive pour vous parler ce soir...
à chaud, à peine sortie du ciné, je partage avec vous mes impressions sur ce film horriblement cruel, terriblement réaliste et atrocement vrai...
Laszlo Nemes a fait le choix de nous montrer la vraie vie de camp de concentration d'Auschwitz, caméra à l'épaule, tout près de Saul, un pauvre juif, forcé d'accompagner les SS dans le processus d'extermination de prisonniers, qui, un jour, découvre parmi les corps anéantis par le cyclone B, le corps de son fils....
les 2 heures du film nous suivons Saul dans son combat de sauver le corps du garçon des flammes du four crématoire, il veut à tout prix l'enterrer...
Dans cette réalité à peine croyable, dans une situation sans issue, Saul tente, tant bien que mal, de retrouver en lui ce semblant d'humain qu'il était avant, avant que les nazis le fassent devenir un robot, un inhumain, un monstre...
que sommes-nous capables de supporter, de quoi sommes-nous capables au nom de la vie, au nom de la survie, ce sont de telles questions qui nous viennent en tête en regardant ce film vraiment réussi

il y en a eu des films sur la guerre, sur les camps de concentrations. Chacun d'entre eux traite le sujet à sa manière, la manière de Laszlo Nemes est encore différente. On ne voit pas grand chose, la façon d'aborder l'environnement est particulière, le réalisateur nous préserve de l'horreur en rendant flou le fond de l'image. Cependant, je finis par me dire que de ne pas voir est parfois pire car notre imagination fait le reste et l'impensable devient imaginable.
C'est un film sans concession, qui ne ressemble en rien à la Liste de Schindler, à L'enfant au pyjama rayé ou un autre Pianiste. Tout ici est brut, il n'y a pas de cliché d'un mauvais SS, d'un bon juif, car au regard de la réalité de l'enfer qu'ils vivaient tous, même le meilleur des bons polonais pouvait devenir un salopard de kapo.

Je suis Polonaise, je viens d'une petite ville située non loin de Auschwitz. A 11 ans, comme tous les enfants du pays, j'ai fait un voyage scolaire obligatoire dans le camps de Auschwitz Birkenau.
Devoir de mémoire
Cela fait 30 ans et pourtant, je m'en souviens comme si c'était hier.... Grâce ou à cause du film, les souvenirs pourtant imprimés, sont redevenus encore plus présents. Car Le fils de Saul nous montre tous les endroits du camp, on a droit à une monstrueuse visite guidée d'un endroit qu'on aurait tous préféré ne pas savoir avoir existé. Et pourtant, ces camps sont bel et bien là, ils ont été témoin et acteur de l'extermination des peuples haïs par Hitler. Sauf quelques (à mon sens) injustices de transcription de l'histoire, cet horrible film est une histoire d'un minimalisme impressionnant, troublant, qu'on est pas prêt d'oublier



ma note 9/10

dimanche 25 octobre 2015

mignardise chocolat top chrono!






Bon, oui, je sais, je ne suis pas vraiment très assidue à venir sur le blog mais j'aime être dans ma cuisine et un peu moins devant l'ordi à mettre en place les messages...
aujourd'hui une petite douceur en chocolat prête en 15min chrono! Ca vous tente? C'est une petite merveille qui se mange sans fin, pour tout amateur/amatrice de chocolat. Je n'en suis pas une mais les gâteaux comme ceux-là sont vraiment très bons.

En plus, il ne faut pas grand chose pour les faire:

1 tablette de chocolat pâtissier noir ou au lait 200g
40g de sucre
2 blancs d'oeuf

faites fondre le chocolat, laissez le refroidir un peu
préchauffez le four à 180°
battez les blancs en neige en ajoutant le sucre
mélangez les blancs au chocolat tiédi

faites des petits gâteaux à la cuillère ou à la pocha à douille
j'en fais 25

enfournez et laissez cuire 8min, pas plus!
à la sortie du four, les gâteaux sont un peu mous,
ils vont se rigidifier rapidement, tout en restant moelleux à l'intérieur
comme des meringues

Bon goûter!

dimanche 17 mai 2015

TARTE CITRON MERINGUEE / LEMON MERINGUE PIE


alors celle-ci, elle s'est fait attendre. C'est, sans aucun doute, ma tarte préférée. Mais tellement belle, tellement classe que je n'ai longtemps pas eu le courage de la faire soi-même. Mais c'est fini, j'ai enfin sauté le pas et la tarte au citron meringuée n'a plus de secrets pour moi.
Elle est finalement assez simple à réaliser (je n'en doutais pourtant pas mais ...) et voici la recette que je partage avec vous.



pour le fond de tartelette j'ai fait la pâte sucrée

PATE SUCREE

 250g de farine
150g de beurre mou 
75g de sucre glace
50g d'amande en poudre
1 oeuf
1 pincée de sel

mélangez le beurre avec le sucre glace, ajoutez ensuite l'oeuf , la poudre d'amande, 
le sel et la farine
travaillez la pâte juste ce qu'il faut et étalez-la entre deux feuilles de papier cuisson
Si vous avec des cercles de cuisson, pré-découpez dans la pâte 
les fonds et les lamelles pour les bords, 
si vous comptez faire vos fonds avec les moules à tartelette, découpez les cercles 
au diamètre nécessaire
ensuite mettez tout au congélateur pour 1/2h minimum

Après ce temps, sortez la pâte du congélateur, chemisez vos cercles (ou moules) 
en assemblant les morceaux (veillez bien à ce que la base soit bien collée avec les bords) 
et faites-les cuire 15min à 180°
Dans différentes recettes, j'ai remarqué qu'on beurrait les cercles avant de les chemiser, 
je ne l'ai pas fait et la pâte n'a pas collé pour autant.
Une fois cuits, les fonds de tartelettes refroidis sont prêts 
à être garnis de crème citron

* ASTUCE *
 si vous préparez vos tartelettes pour le lendemain voire surlendemain:
en fin de cuisson de vos fonds, sortez-les du four et 
badigeonnez les fonds avec du blanc d'oeuf, remettez à cuire le restant du temps
cela formera une pellicule étanche 
qui empêchera les tartelettes de ramollir en contact avec la crème,
en attendant d'être dégustées :)

CREME CITRON

2 citrons non traîtés
dont on récupérera les zestes et le jus
80g de sucre glace
40g de beurre
2 oeufs

faites cuire au bain-marie 
tous les ingrédients préalablement mélangés
sans cesser de mélanger faites cuire jusqu'à la première ébullition
votre crème est désormais épaisse,
 mettez le bol dans de l'eau froide afin de stopper la cuisson
laissez la crème refroidir et garnissez vos tartelettes

MERINGUE

3 blancs d'oeuf
40g de sucre poudre
+
160g de sucre en poudre
de l'eau (env. 40g)
mettre le sucre (160g) à cuire pour cela:
on met le sucre dans une casserole à fond épais, on mouille avec de l'eau
ATTENTION d'en mettre juste ce qu'il faut, 
c'est-à-dire, le sucre doit être couvert et mouillé mais pas au delà!
faites cuire sans trop remuer, mélangez doucement jusqu'à 116°

*ASTUCE*
ne possédant pas de thermomètre de cuisine je réalise mon sucre 
en vérifiant sa cuisson à l'aide de l'eau glacée, méthode dite "au boulet"
après qqs minutes de cuisson, je prends une goutte de sucre avec une cuillère et je la mets dans l'eau glacée. Si la boule de sucre reste entière et devienne malléable c'est que le sucre est cuit
si par contre le sucre fond et se désintègre, c'est le signe qu'il manque de cuisson

En parallèle commencez à monter les blancs en neige en y ajoutant le sucre en poudre
vos blancs sont montés et le sucre est cuit
versez le sucre cuit en petit filet sur le bord du bol dans lequel se trouvent vos blancs. Mélangez au batteur puissance max jusqu'à ce que le mélange soit complètement refroidi.

Avec une poche à douille couvrez vos tartelettes de meringue, faites dorer ensuite 
avec un chalumeau ou au four position grill (ATTENTION, au four cela ne prend que quelques secondes! ne partez pas en les laissant sans surveillance!)



voilà!
bon appétit!

vendredi 8 mai 2015

Kanelbullar ou escargot à la cannelle



qui aime la cannelle? Et le brioches de chez le suédois? Moi! Moi!
Alors j'ai décidé d'essayer d'en faire à la maison, c'est trop bon et finalement pas cher. Il faut juste un peu de temps, le temps que la pâte à brioche lève...
Alors on y va?
C'est parti!


pour la brioche

20g de levure fraîche
350g de farine
75g de sucre en poudre
une pincée de sel
15cl de lait tiède pour la levure
1 oeuf
50g de beurre mou


pour la garniture

80g de beurre
80g de sucre
3 cuillères à café de cannelle

mélangez la levure émiettée avec le lait tiède, laissez 5min
dans un saladier ou un robot mettez la farine, le sucre et le sel, ajoutez l'oeuf entier et la levure
travaillez la pâte pour qu'elle devienne élastique et ajoutez-y le beurre mou
travaillez l'ensemble qqs minutes afin que le beurre soit bien intégré

laissez reposer 1h30 (ou que cela double de volume)
pour être sûre, je laisse la saladier à proximité d'une source de chaleur

préparez maintenant la garniture
dans un bol laisser le beurre ramollir, ajoutez le sucre et la cannelle
mélangez jusqu'à obtenir une pâte crémeuse et onctueuse

ensuite, prenez la pâte, faites-la dégazer
étalez-la en rectangle et couvrez-la de beurre à la cannelle

roulez tout en boudin (on roule du côté le plus large)
coupez en 12/14 morceaux

mettez les briochettes sur la plaque recouverte de papier sulfurisé
couvrez d'un torchon et laissez gonfler 20min
après ce temps badigeonnez les brioches de jaune d'oeuf délayé avec 1 cuillère de lait

enfournez pour 20min à 180°

les kanelbullars sont moelleux à souhait

le lendemain ils deviennent un peu plus secs mais il leur suffit d'un moment au micro-ondes (10sec) ou au four (5min) et le tour est joué! Personnellement, je préfère le micro-ondes, ça ramollit la brioche sans trop l'assécher :)

bonn appétit!

vendredi 27 mars 2015

A la vie! / LeHaïm! / Za lepsze zycie!



une histoire, vraie, douloureuse, douce, vivante, joyeuse et triste à la fois, comme la vie que l'on célèbre ici!
"A la vie" est un film retraçant la vie de trois femmes rescapées du camp de concentration de Auschwitz qui se retrouvent 25 ans plus tard pour célébrer la vie qui leur a été sauve.  Elles se rencontrent à Berck sur Mer et durant quelques jours elles vivent ensemble, partagent, échangent et profitent de la vie. C'est l'histoire de la mère du réalisateur qu'il nous livre là.... Chacune a vécu son histoire, a essayé de refaire sa vie après la guerre et après les épreuves qui les ont changées à tout jamais. Parfois, en se voilant la face, elles essaient de faire semblant mais les expériences qu'elles ont partagées ensemble pendant la guerre les ont rendues uniques et à rien ne sert de se mentir. Elles savent très bien ce que l'autre vit puisqu'elles ont été marquées de la même façon.

Ce film est un hymne à la vie, quelle qu'elle soit, il faut la vivre à fond, car nous n'on avons qu'une et il n'y aura pas d'autre essai.
Les actrices choisies pour ce film sont exceptionnelles, Julie Depardieu qui est très juste, Johanna ter Steege, dure, franche, implacable et Suzanne Clément, saisissante dans ce rôle qui change après celui dans lequel je l'ai découverte, à savoir dans "J'ai tué ma mère" et ensuite dans "Mommy" de Xavier Dolan.
Le film de Jean-Jacques Zilbermann est d'une certaine manière la suite du documentaire qu'il avait réalisé quelques années auparavant "Irène et ses soeurs" dans lequel il filmait sa propre mère passant du temps avec ses amies. Tous les étés, à partir du moment où elles se sont retrouvées, elles se revoyaient à Berck, le temps d'un week-end et ce lien recréé a donné l'idée au réalisateur de partager avec les autres la joie et le bonheur qu'on a à se sentir vivant, malgré les épreuves de la vie.

ma note 6/10